La Religion du Progrès

Le progrès, le progrès : qui peut être contre ?
Le progrès étant l’amélioration de ce qui est. Alors je répète, QUI peut être contre ?

Je veux dire : mis à part les fachos, les réacs, les racistes, les misogynes, les homophobes ?

Enfin de ce côté là, on est tranquille, puisque dans ce domaine, il y a cumul des étiquettes. A l’heure où toutes les catégories se confondent, toutes ces insultes -que dis-je, arguments suprêmes !- sont préférables au simple “espèce de méchant !”. Ce qui reviendrait strictement au même, on est d’accord, mais aura l’avantage de vous faire passer pour quelqu’un de bien et de sérieux. Le gauchiste se voit d’ailleurs comme défenseur de la veuve et de l’orphelin, et donc comme le gentil de l’histoire.

Lors de discussions où on parle du fait que l’on tend chaque jour un peu plus vers une troisième Guerre Mondiale, on me répond souvent “Hahaha !” -à la manière d’un Bernard Kouchner quand on l’interroge sur son implication dans le trafic d’organes– avec pour argument, tenez-vous bien…. “On est en 2016 !”
Ça c’est cadeau, deuxième argument surpuissant de la journée, et il fonctionne peu importe l’année dans laquelle vous vous trouvez, tant que vous donnez la bonne !

Oui oui ! On est en 2016 ! Et ?
Comme on efface tout processus de construction historique dans l’esprit des gens, à la manière de 1984 (par exemple, qui pense encore au 13 novembre 2015 ? et surtout, l’émotion passée, qui pense encore qu’on devrait arrêter de faire les cons en Syrie ?), on a tendance à croire que le fait d’être en 2016 est forcément mieux que d’être en 2000, ou en 1980.
Mais demandez à nos parents ou grand-parents, si les 30 glorieuses n’étaient pas mieux que 2016 ? Ils vont certainement vous répondre que globalement, oui.

Je me souviens de Frédéric Lordon, qui lors d’une interview, se fait interroger “vous dites qu’il faudrait revenir en arrière ?”, et lui de répondre : “Faut arrêter de croire que revenir en arrière est forcément une mauvaise chose. Si demain on vous supprime la sécu, dans 10 ans, vous pensez que votre argument sera valable ? Que c’est une mauvaise chose de revenir en arrière et rétablir la sécu ?” Bec cloué, argumentaire clos, on passe à la suite.
Le Lordon est fort pour ça !

Malgré tout, dans l’esprit de ces gens là, le temps qui passe est une garantie de l’amélioration de l’homme sous tous ses aspects. Nous y reviendrons plus bas.

Altérer le réel

Un article entier sera consacré à ce sujet, mais un petit détour est nécessaire.

C’est la situation qui façonne la représentation du monde.

Alors, ma situation actuelle est toujours l’aboutissement d’un processus qui y a mené. Je vis dans une finalité permanente, un résultat perpétuel. Je suis en permanence dans le présent, et je porte la conscience de ce qui a été jusqu’alors.
Et il sert à ça, le matraquage au progrès : nous dire que peu importe notre situation actuelle, elle est toujours mieux que celle d’avant. Le passé est passé, alors on peut le reconfigurer à volonté, à l’aide de la communication qui façonne les représentations du réel (cf. les thérapies).
Autrement dit : la situation actuelle est toujours mieux que si elle était pire, puisque la mémoire n’étant que des représentations d’événements passés, et le langage servant à modifier les représentations, on peut toujours recréer un passé pire que le présent. Le souvenir a cette particularité qu’on peut toujours le redéfinir.

Pour cela, prendre la situation actuelle, et prélever un cas particulier d’un événement passé, et les comparer en vomissant que c’est quand même mieux aujourd’hui.
Ca marche aussi avec le matraquage auquel on a eu droit pendant la campagne pro-mariage gay (je précise, avant d’être taxé d’homophobe, que je me moque de ce sujet, je ne fais que relever les incohérences de raisonnement), où on nous répétait à longueur de journée : “mieux vaut qu’un enfant ait des parents homo, plutôt que des parents alcooliques qui le battent à longueur de journée !”, matraquage, jusqu’à ce que des personnes, physiquement, vous répètent ça les yeux dans les yeux, investis de toute la puissance des media !

Parce que c’est bien connu, ce sont là les deux seules alternatives : parents homo, ou parents alcoolo-violents.
Argument du “c’est mieux que si c’était pire”. Puissant vous dis-je !
La même technique qui a servi une femme à convaincre sa meilleure amie à prendre de la cocaïne, parce que c’était mieux que ça soit avec elle, plutôt qu’avec un mec qui va abuser d’elle. Et ça a marché ! Elle n’a même pas songé que ça aurait été encore mieux de ne pas en prendre du tout.

Farines

 

Et quand on leur prouve que cet argument ne vaut pas un clou, l’interlocuteur se rabat sur la technique de “Tu es un homophobe, et moi je suis trop un gentil ! Tu mérites de mourir”. Alors qu’à aucun moment, je n’ai indiqué avoir été contre. Mais soit !

Revenons à nos brebis égarées :
Alors oui, on est en 2016 et une Guerre Mondiale n’est pas “impossible parce que on est en 2016.”
Et en 1939, c’était pareil (mais en moins bien, faut pas déconner) : y avait un mec, qui parlait de la crise géopolitique à un autre mec, qui lui-même avait le rire de Bernard Kouchner, et se foutait de sa gueule en disant “Mais on est en 1939 mon con !”.

Jouons un peu de la notion du temps : pour nous, 2016 est un aboutissement, la fin de l’histoire. On sait qu’un jour, on sera en 2052, mais on ne se le représente absolument pas (c’est très flou pour beaucoup). Alors on n’y pense pas.
Et 1939 c’est très loin, du temps où les hommes étaient des arriérés violents et sans aucune morale, ce qui les a mené inévitablement à la guerre. Et vous, vous êtes donc mieux que ces gens là.
Pour le mec de 1939, 2016 n’existe pas, et 1939 est un aboutissement. Il se considère comme le stade ultime de l’évolution de l’homme, et il était impossible pour lui qu’il y ait une Seconde Guerre Mondiale.
Et pourtant !

Stop Following Me

Mais l’homme a évolué !

Bien sûr ! C’est assez facile de dire ça en revenant du boulot, à la terrasse d’un bar, une bière fraîche à la main. Mais le mec qui vit en Irak, en Lybie, il en pense quoi ?
Lui ne vit pas dans le même monde. Pour lui, l’homme est cruel et violent par nature, et il n’a aucune notion de cette supposée évolution.

Évolution supposée sur 60 ans, après quelques milliers d’années de civilisation seulement.
Comme dit plus haut, le temps qui passe est une garantie de l’évolution de l’homme dans le sens positif (“positif” étant à définir).
D’un point de vue biologique, 5000 ans d’évolution, ce n’est rien. L’anthropologie étant régie par la biologie, ses constantes n’ont pas plus évolué : conquête, violence, amour, empathie, etc.

Si une chose a réellement évolué, c’est la connaissance, et donc, l’environnement de l’homme, car si on place quelques enfants dans un endroit sauvage et vierge, ils ne reconstruiront pas tout ce qu’on a aujourd’hui : ordinateurs, immeubles, etc. Et les premiers auront très certainement à faire face aux rivalités, conquêtes, et tout ce qui s’ensuit.
Et il faudra peut-être quelques milliers d’années pour que leur descendance arrive à passer outre cela.

Ce matraquage de l’homme évolué sert aussi à faire croire que ça y est, l’homme est devenu pacifiste et plus personne ne veut dominer le monde, et donc, cacher que c’est encore le cas. Complotiste ? Oui et c’est totalement assumé !
Il sert aussi à faire passer ce que l’on veut en le qualifiant d’abord de progrès (rassurez-vous, c’est fait de manière subliminale, vous ne vous en rendez même pas compte). Ainsi, la population se chargera de faire automatiquement campagne de propagande.

Pour information, je vous invite à consulter les chiffres du nombre de victimes des derniers conflits :
Quelques exemples :
Guerre d’Irak : 155 000 à 1 500 00 morts
Libye : 20 000 morts
Soudan : 300 000 morts
Guerre d’Irak II : 26 000 morts

Mais bon, c’est sûrement à cause du fait que ce sont des pays pas encore évolué, qu’il faut vite s’efforcer d’aller bombarder afin d’y instaurer la démocratie !
Ah les sauvages, faut vraiment tout faire pour eux !

Alors vous aussi, rejoignez-nous dans la religion du progrès. Et priez pour le reste de l’humanité.

Amen

Be the first to comment on "La Religion du Progrès"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*