L’homme, une abomination ?

L’homme représente le summum de l’expression de la volonté de domination, de l’instinct de survie.

Dès lors, contrairement à ce que l’on peut entendre régulièrement, l’homme n’est pas une abomination de la nature, mais plutôt ce qu’elle a fait de plus abouti, dans l’expression du conatus de Spinoza.

Dire que l’homme détruit la nature devrait mener à dire que les fourmis le font également, ainsi que toute espèce qui la transforme pour préserver ses conditions de vie.

Be the first to comment on "L’homme, une abomination ?"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*