Désir et logique consumériste : Le moral des ménages

A en croire les média, le bonheur d’un citoyen est directement et uniquement lié à ce qu’il peut acheter. On parle d’ailleurs du “moral des ménages” en fonction de leurs pouvoirs d’achat. Logique consumériste qui rapporte tout, y compris la notion de bonheur, à la capacité de consommation.
La dernière nouveauté en ce domaine nous vient de l’UFC, qui a fait un calcul de ratio temps / produit.
Combien de temps faut-il pour payer tel produit ? Telle est la question que s’est posée cette association de consommateurs. Pas association de citoyens, non. De consommateurs. Et elle en a conclu que ce temps de travail par produit a décru dans le temps.

Seulement deux points sont exclus de ce calcul pour qu’il soit représentatif :

  • La qualité des produits, notamment à cause de la multiplication des produits toxiques dans notre alimentation ou de l’obsolescence programmée. Il est évident qu’un réfrigérateur de l’époque était certes plus cher en “crédit temps”, mais durait également plus longtemps. Il n’avait pas besoin d’être renouvelé aussi rapidement que les actuels.
  • La dimension émotionnelle, par l’importance du désir. Par là, on entend : à quel point désire-t-on un objet ?

Dans un monde où tout est fait pour que l’on désire consommer, acheter, les désirs sont créés de toutes pièces. Mais on n’a pas les moyens de tous les satisfaire. Alors apparaît la frustration (ou la souffrance), qui est toujours définie comme l’écart entre la puissance d’un désir et sa satisfaction effective.
Par rapport à hier, le désir est bien plus stimulé, bien plus que ne l’a été la richesse (nous parlerons du PIB prochainement…). Alors l’écart entre la tendance au désir et sa satisfaction effective n’a fait que s’agrandir encore et encore. Et la souffrance également.

Pour réellement mesurer le bien-être, il faudrait faire un ratio, sur un objet donné :
– Combien vaut-il en argent ?
– Combien vous faut-il de temps pour gagner cette somme d’argent ?
– Combien de temps faut-il compter avant que ce produit ne doive être remplacé ?
– Combien de points attribuez-vous à tel désir ?

Là, peut-être, l’UFC se rendra compte que le moral des ménages, le vrai, celui qui définit l’état de bien-être de ceux-ci, n’a fait que dégringoler.

Be the first to comment on "Désir et logique consumériste : Le moral des ménages"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*